CLIENTS

YVES-SAINT-LAURENT

DIOR JOAILLERIE

HARRY WINSTON

SMALTO

CELINE

ROGER VIVIER

DELFINA DELETTREZ

BASZANGER

ZAPA

CARVEN

UNGARO

GIORGIO ARMANI

BULGARI

BONPOINT

CHANEL

LOUBOUTIN

EDITORIAL

L'OFFICIEL

L'OFFICIEL HOMME

JALOUSE

L'OFFICIEL VOYAGE

L'EXPRESS STYLE

L'OPTIMUM

SOON

TECHNIKART

MADAME FIGARO

MODZIK

LE MONDE 2

ELLE JAPON

HEARST ITALIA

EPURER, épurer, il en restera toujours quelque chose, dit le photographe Philippe Biancotto, dont l’objectif est d’aller à l’essentiel, tout en sachant jusqu’où aller trop loin avec son sujet.
« C’est du direct, j’aime que l’on puisse rentrer avec force dans une image. »

Hommes, femmes, connus ou inconnus, sont captés sans concessions ni mise en scène. Ce qui lui permet d’engager le dialogue avec son modèle, de rentrer dans son univers avant de l’en extraire. Le manque d’histoire crée l’intimité et stimule la curiosité.

Quand on lui fait remarquer qu’il ne cherche pas à embellir ses sujets, il reconnait préférer révéler une personnalité plutôt qu’un aspect physique vite dépassé. À ses yeux, la photo est plus un regard et une attitude qu’une représentation statique. C’est la prise de vue qui l’excite, et ce qui se passe dans sa durée.

Ce marseillais d’origine a un parcours atypique. Il fait ses débuts à Londres en shootant des pochettes de disques. Puis pendant 4 ans au cabinet de Jack Lang, il est responsable de l’image du Ministre de la Culture. Trois ans au Brésil pour la chaine Rede Globo le forment à la réalisation de décors de films.
C’est à Paris qu’il choisit définitivement la photographie.

PHILIPPE BIANCOTTO demeure actuellement à Paris, en tant que photographe, principalement de portraits et de mode.

Purify, purify, there will always remain something’ says the photographer Philippe Biancotto who aims at reaching the essence of his subject while knowing how far going too far... 

‘It’s live, I like when we can powerfully enter an image’.

 

Men, women, known or unknown, are captured without any concession or staging. Which allows Philippe to engage in a dialogue with his model, to penetrate his universe before extracting it. The lack of (hi)story/background??? creates/brings about intimacy and stimulates curiosity.

 

When one points out that he does not embellish his subjects, he admits he prefers revealing a personality rather than a physical aspect soon out-dated. From his point of view, a photo constitutes a look and an attitude more than a static representation. The shooting and what happens in its duration stimulate him best.

 

This artist from / made in Marseilles has led an unusual route. Actually, he made his debut in London (by) shooting album covers. Then, for four years, he has been in charge of the image of the French Minister of Culture Jack Lang. When three years in Brazil, he worked for Channel REDE GLOBO and learned how to achieve/create/make film sets. Back in Paris, he definitively chose photography.